Interiew : Denis Bangala

Pouvez-vous, vous présenter en quelques mots?

Je réponds au nom de Denis Bangala, natif de RDcongo,

Détenteur d’un doctorat (PhD) en Génie Chimique à l’Université de Sherbrooke, puis un MBA à l’Université Queen’s à Kingston en Ontario. Autres spécialisations :  pharmacologie clinique et LSSBB Lean Six Sigma Black Belt

Plus de 18 années de carrière professionnelle dans le domaine pharmaceutique, jusqu’au titre de Directeur à SANOFI, chargé des procédés de fabrication, Recherche et Développement. 

Actuellement Président fondateur de Cachico Tech depuis Décembre 2012 et je continue à prester comme  Senior Consultant dans plusieurs firmes pharmaceutiques en Amérique du Nord, notamment Bayer, Merck.

Vous êtes à la tête de CachiCo Tech Consulting, pouvez-vous nous en dire un mot ?

Nous avons fondé Cachico pour une raison spécifique : dans le domaine de la santé et combattre le fléau de médicament contrefaits en introduisant sur le marché africain des médicaments qui répondent aux normes canadiens. 

La mission de CaChiCo Tech en Afrique est de répondre à l'accessibilité aux produits et équipements essentiels pour les  soins de santé de base de bonne qualité.

Nous sommes déterminés de fournir  les médicaments  essentiels  pour  couvrir tous les domaines thérapeutiques: l'hypertension, le paludisme, oncologie, diabète, infections multiples, cardio-vasculaire, la typhoïde, l'hépatite et les maladies négligées.

Nous sommes déterminés à réduire le coût des soins de santé en introduisant les meilleures pratiques de gestion des soins de santé qui commencent par un diagnostic précoce de la maladie.

Nous sommes déterminés à fournir les tests de dépistage rapide: VIH1et 2, Hépatite B,A,C; Typhoïde, Infections urinaires, cardio-vasculaires; Bio-indicateur de Cirrhose d efoie,  cancer de sein et cancer de prostate.

Nous sommes déterminés à  fournir des dispositifs médicaux  à usage unique pour améliorer les interventions chirurgicales.

Nous assurons un contrôle de qualité stricte pour tout actif principe et ingrédients non-medicamentaux pour répondre au standards nord-americans

 

Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez été confrontée ?

Comme tout Start Up:

-l' Acces au capital reste l'obstacle majeur. Il faut alors recourir  à ses propres moyens pour s'autofinancer.

-      La bureaucratie en RDC pour obtenir les autorisations nécessaires.

-      La formation des nos associes pour l’acquisition de méthodes de travail de standards canadiens.par exemple le maniement des outils informatiques reste encore un défi par exemple saisir des données sur un fichier excel, ouvrir une session de travail pour son compte gmail. ect..

 

On doit être préparé quand on décide d'aller investir en Afrique. Les contextes socio-économiques et politiques sont  complètement différents du Canada. Il faut alors la flexibilité sans pourtant céder aux mauvaises pratiques des affaires en RDC.

 

 

On vous voit souvent sur de différentes tribunes à encourager les jeunes à poursuivre les études, quel regard avez-vous par rapport à la jeunesse congolaise ?

Pour moi, la formation des jeunes est primordiale car un pays sans relève est voué à la disparition. Mon rôle c'est d’encourager les jeunes de persévérer pour avoir les plus des connaissances selon leur aptitudes car les études vous ouvrent les portes  pour devenir un citoyen responsable qui apporte une valeur ajoutée à sa communauté.

 

J’ai confiance à la Jeunesse congolaise car elle est consciente des enjeux auxquels la RDC fait face. Notre encouragement est surtout de marteler que les jeunes se prennent en charge et non pas attendre la manne qui tombe du ciel. Si la Jeunesse croit que c’est un autre qui viendra résoudre ses problèmes alors l’avenir de notre pays est sombre.

Le salut se trouve dans les études et la capacité de se prendre en charge

 

N'avez-vous jamais songé à retourner au pays et à mettre votre savoir-faire au service du continent?

 

Nous sommes déjà présent en RDC par les investissements modestes que nous avons déjà sur place: une  pharmacie de référence qui sera le modèle de franchise de pharmacies  à travers la RDC. Des centres médicaux modestes pour offrir les soins de santé primaire et surtout favoriser la proximité entre le patient avec les médecins soignants.

 

La première Pharmacie Cachico est opérationnelle  à Limete Industrielle 7eme rue. Aussi une autre  à Mbujimayi. Nous comptons étendre cette expérience dans d'autres pays sud-sahariens la ou nous avons déjà des partenaires crédibles.

 

Nous collaborons aussi avec des savants africains comme le Professeur Souleymane Mboup qui est un pionnier dans la recherche de VIH en Afrique.

 

Nous comptons aussi collaborer avec les cliniques universitaires en RDC pour conduire de thèses de doctorat en pharmacologie cliniques surtout sur les maladies mystiques et négligées: le mbasu (l’ulcère de Buruli) ou le drépanocytose

 

Comment les pays africains peuvent tirer profit des connaissances acquises par sa diaspora ?

 

Au regards du Japon, la Chine et tant d'autres pays qui ont bénéficié de l'apport de leur diaspora pour infuser un développement technologique, managérial , l'Afrique n'aura pas de choix que de faire appel à sala diaspora. 

 

La première condition est d'assurer la sécurité et mettre en place de conditions simples pour la création des PME.

L'accès au capital reste incontournable 

Créer des  structures d'encadrement de la diaspora

La double nationalité est impérative pour permettre la mobilité de ceux celles qui ont acquis de nationalité dans leur pays d'accueil.

Combattre la corruption serait une condition indispensable pour permettre que la création de PME.  si la diaspora doit consacrer le peu du capital pour soudoyer les agents de l,Etat . Peu seront capables de créer de PME.

 

D’après vous qu’est qu’il manque aux pays africains pour développer leur industrie Pharmaceutique ?

 

L'industrie pharmaceutique demande un investissement énorme en terme du capital financier et capital humain.

 

-      Le pays doit avoir une vision avant tout qu'il veut améliorer le système de santé

-      Investir dans la formation car ca demande des employés hautement qualifié avec une formation de base en science (biologie, chimie) et en génie pharmaceutique,,

-      Un contrôle strict sur les médicaments contrefaits malheureusement la corruption n'aide pas

-      Disposer un capital substantiel pour ériger les édifices répondant aux normes internationaux  pour la production des produits pharmaceutiques. A Default il quadra attirer les investisseurs étrangers pour venir installer leurs usines en Afrique

 

Beaucoup de pays africains visent l’horizon 2030 pour l’émergence, d’après vous, quel rôle devrait jouer la diaspora africaine ?

On ne peut pas parler d'émergence  sans plan concret a court terme et long terme.. Pour moi c'est  une utopie. Quelque pays essayent de forger un plan. Mais  les actions associés sont à court  termes et on ne voit pas le plan de succession , je vais dire que les jeunes ne sont pas formés' Les systèmes d'éducation ne sont pas toujours reformés et adaptés aux demandes du marché.  

Le rôle de la diaspora serait  de fournir l,expertise acquise pour développer, et matérialiser des plans  et actions pour atteindre les objectifs de l'émergence pour les pays qui ont une vision comme le Sénégal par exemple.

 

Dr Denis Bangala, Ph.D.,P.Eng, MBA, LSSBB
Founder and Managing Director
CaChiCoTech Consulting
2024 Shay Dr, Pickering ON L1X 1X9
Tel: 416-543-3279